Discussion:
Diode magnétique
(trop ancien pour répondre)
François Guillet
2018-02-06 17:10:00 UTC
Permalink
Raw Message
C'est possible !
https://arxiv.org/abs/1802.00832

Une inductance excitée par un courant variable, est couplée à une autre
pour le recevoir.
Un conducteur mobile à vitesse constante passe devant les deux
inductances augmentant ainsi la densité de courant que l'induction
génère dans le conducteur, mais pas symétriquement pour les deux
bobines.
Le résultat est que les coefficients d'induction mutuelle M12 et M21 ne
sont plus égaux, contrairement à tout ce qu'on nous a toujours dit. On
peut même annuler l'un des deux en conservant l'autre non nul.

C'est très astucieux et je n'ai encore rien vu de semblable (mais du
fait des courants induits dans le conducteur mobile, c'est
énergétiquement peu efficace pour une utilisation pratique).
François Guillet
2018-02-07 17:35:12 UTC
Permalink
Raw Message
Post by François Guillet
C'est possible !
https://arxiv.org/abs/1802.00832
Une inductance excitée par un courant variable, est couplée à une autre pour
le recevoir.
Un conducteur mobile à vitesse constante passe devant les deux inductances
augmentant ainsi la densité de courant que l'induction génère dans le
conducteur, mais pas symétriquement pour les deux bobines.
Le résultat est que les coefficients d'induction mutuelle M12 et M21 ne sont
plus égaux, contrairement à tout ce qu'on nous a toujours dit. On peut même
annuler l'un des deux en conservant l'autre non nul.
C'est très astucieux et je n'ai encore rien vu de semblable (mais du fait des
courants induits dans le conducteur mobile, c'est énergétiquement peu
efficace pour une utilisation pratique).
Je me demandais si on ne pourrait pas avoir un effet équivalent pour le
champ électrique, par exemple avec un couplage capacitif entre deux
électrodes faisant face à un conducteur mobile.
Dans le cas magnétique, les boucles de courant dans la masse du
conducteur mobile sont déplacées d'une bobine vers l'autre sans
changement du courant (sauf atténuation car ce n'est pas un
supraconducteur) tandis que dans le cas capacitif, les charges du
conducteur mobile attirées vers une électrode risquent de se réarranger
quasi-instantanément au fur et à mesure qu'il avance, donc je ne suis
pas sûr que ça marcherait.
Pourtant le parallèle qu'on peut faire entre inductance/courant/champ
magnétique et capacité/tension/champ électrique devrait rendre la
"diode électrique" tout aussi possible que celle magnétique. Une autre
idée ?
florentis
2018-02-20 20:32:16 UTC
Permalink
Raw Message
Post by François Guillet
C'est possible !
https://arxiv.org/abs/1802.00832
Une inductance excitée par un courant variable, est couplée à une autre
pour le recevoir.
Un conducteur mobile à vitesse constante passe devant les deux
inductances augmentant ainsi la densité de courant que l'induction
génère dans le conducteur, mais pas symétriquement pour les deux bobines.
Le résultat est que les coefficients d'induction mutuelle M12 et M21 ne
sont plus égaux, contrairement à tout ce qu'on nous a toujours dit. On
peut même annuler l'un des deux en conservant l'autre non nul.
C'est très astucieux et je n'ai encore rien vu de semblable (mais du
fait des courants induits dans le conducteur mobile, c'est
énergétiquement peu efficace pour une utilisation pratique).
Très belle expérience.

Par contre, l'écrit n'est pas clair sur les rapports entre les grandeurs
(variation de l'induction selon le sens de la vitesse).
François Guillet
2018-02-21 14:36:23 UTC
Permalink
Raw Message
Post by florentis
Post by François Guillet
C'est possible !
https://arxiv.org/abs/1802.00832
Une inductance excitée par un courant variable, est couplée à une autre
pour le recevoir.
Un conducteur mobile à vitesse constante passe devant les deux inductances
augmentant ainsi la densité de courant que l'induction génère dans le
conducteur, mais pas symétriquement pour les deux bobines.
Le résultat est que les coefficients d'induction mutuelle M12 et M21 ne
sont plus égaux, contrairement à tout ce qu'on nous a toujours dit. On peut
même annuler l'un des deux en conservant l'autre non nul.
C'est très astucieux et je n'ai encore rien vu de semblable (mais du fait
des courants induits dans le conducteur mobile, c'est énergétiquement peu
efficace pour une utilisation pratique).
Très belle expérience.
Par contre, l'écrit n'est pas clair sur les rapports entre les grandeurs
(variation de l'induction selon le sens de la vitesse).
Ca ne me parait pas simple à calculer. Cela dépend des courants induits
dans le conducteur mobile, lesquels vont dépendre de sa résistivité et
du couplage aux inductances. Le couplage n'est pas évident du fait que
le trajet des courants circulaires dans la masse est flou.

Pour l'autre question que je me posais sur la transposition de l'effet
au champ électrique, je me demande si 2 électrodes côte à côte dans le
même plan et faisant face à une troisième électrode dans un autre plan,
ne serait pas la solution, en faisant déplacer un diélectrique entre
les deux plans. L'entrainement de la polarisation du diélectrique d'une
électrode vers l'autre devrait être similaire à l'entrainement des
courants induits du cas magnétique. L'intérêt serait la quasi-abscence
de perte avec un bon diélectrique.
florentis
2018-02-21 21:13:50 UTC
Permalink
Raw Message
Post by François Guillet
Post by florentis
Post by François Guillet
C'est possible !
https://arxiv.org/abs/1802.00832
Une inductance excitée par un courant variable, est couplée à une
autre pour le recevoir.
Un conducteur mobile à vitesse constante passe devant les deux
inductances augmentant ainsi la densité de courant que l'induction
génère dans le conducteur, mais pas symétriquement pour les deux bobines.
Le résultat est que les coefficients d'induction mutuelle M12 et M21
ne sont plus égaux, contrairement à tout ce qu'on nous a toujours
dit. On peut même annuler l'un des deux en conservant l'autre non nul.
C'est très astucieux et je n'ai encore rien vu de semblable (mais du
fait des courants induits dans le conducteur mobile, c'est
énergétiquement peu efficace pour une utilisation pratique).
Très belle expérience.
Par contre, l'écrit n'est pas clair sur les rapports entre les
grandeurs (variation de l'induction selon le sens de la vitesse).
Ca ne me parait pas simple à calculer. Cela dépend des courants induits
dans le conducteur mobile, lesquels vont dépendre de sa résistivité et
du couplage aux inductances. Le couplage n'est pas évident du fait que
le trajet des courants circulaires dans la masse est flou.
Certes, pour le calcul. Mais l'expérience doit le donner.
Il y a bien un schéma : Page 3, figure B.
Mais j'ai du mal à me figurer les diverses orientations.

Par ailleurs, je me demande bien comment la relativité pourrait
justifier ce phénomène.
Post by François Guillet
Pour l'autre question que je me posais sur la transposition de l'effet
au champ électrique, je me demande si 2 électrodes côte à côte dans le
même plan et faisant face à une troisième électrode dans un autre plan,
ne serait pas la solution, en faisant déplacer un diélectrique entre les
deux plans. L'entrainement de la polarisation du diélectrique d'une
électrode vers l'autre devrait être similaire à l'entrainement des
courants induits du cas magnétique. L'intérêt serait la quasi-abscence
de perte avec un bon diélectrique.
Avant de me pencher sur l'analogie, j'essaye déjà de comprendre le
phénomène exposé.

Loading...